Sous le sapin

Un texte de Richard Raymond

Photo : François Hogue ®

Photo : François Hogue ®

Dans cette chronique, je vous propose d’abord un petit livre intriguant et instructif, pour les amateurs de champagne(s). Car, il y a des clichés autour de ce divin nectar.

Ensuite je suggère deux thrillers. Un en provenance de la Grande-Bretagne dont l’intrigue se passe à l’Université d’Oxford. Plus gothique, tu meurs. L’autre a pour décor une prison québécoise où un écrivain en herbe enseigne le français. Mais ne fait-il qu’enseigner le français ?

Enfin, une autobiographie pour les fans de Genesis et Phil Collins. Le batteur, chanteur et compositeur britannique y raconte sa vie à sa manière.

Champagnes – Guide et révélations

champagnesQue voulez-vous savoir du champagne ? Si, comme moi, vous appréciez ce divin nectar et si, comme moi, vous n’avez jamais enquêté sur le sujet, voilà un outil qui vous permettra d’en apprendre beaucoup en peu de pages.

D’abord le lecteur est choyé : une belle carte situe le vignoble de Champagne. Ensuite l’intention de l’auteur, historien de formation, est on ne peut plus claire : il souhaite « corriger des clichés qui ont pu leurrer le consommateur ». Pour ce faire, il expose les circonstances particulières qui ont marqué la popularité du champagne et le goût pour sa consommation.

Parlant de popularité, l’auteur consacre son ouvrage seulement aux champagnes dits « bruts sans année » (BSA) ou les plus populaires et les plus accessibles.

Saviez-vous que du 12e au 16e siècle, l’effervescence dans le vin était considérée comme un défaut ? En lisant l’ouvrage, vous apprendrez aussi comment l’effervescence a été créée.

Comme l’auteur est historien, il ne résiste pas à retracer l’histoire du champagne. Il continue sur sa lancée en comparant le champagne au porto. Vous serez étonné des ressemblances entre ces deux nectars des dieux. Bon, j’aime le champagne ET le porto.

Il fournit aussi des faits, des chiffres et des données. Puis il répond aux questions que tout le monde se pose sur le champagne sans avoir jamais osé les poser. Il consacre, enfin plus de 130 pages sur les 199 de son ouvrage à analyser les différents terroirs et leurs produits. Avec cet outil, l’amateur ne peut pas se tromper. Ni l’amateure.

______________________________________________________________

Champagnes – Guide et révélations

Guénaël Revel

Isabelle  Quentin éditeur, Montréal, 2016, 199 pages

______________________________________________________________

La Malédiction d’Oxford

oxfordCassandra Blackwell est une jeune Américaine d’origine modeste. Rien ne la prédestinait à aller étudier un an à l’Université d’Oxford, en Angleterre. Dès le premier jour, la voilà prise dans le tourbillon de cet univers très loin d’elle.

Trois ans auparavant, elle a reçu un message anonyme auquel elle n’a rien compris : « Tu ne peux pas cacher la vérité. Reviens et mets un terme à cette histoire ». Le message était glissé dans un colis avec une collection d’articles mystérieux. Qui a pu lui envoyer ce message ?

Bientôt, Cassandra, surnommée Cassie, se lie avec la jeune élite anglaise. Elle découvre l’atmosphère magique d’Oxford, ses boiseries séculaires, ses murs habillés de tapisseries, ses tapis profonds, ses guéridons anciens et son charme gothique parfois inquiétant.

Elle emménage avec Evie. Celle-ci l’initie aux traditions et aux rituels immuables de l’université. Saura-t-elle s’intégrer à la famille de Raleigh College ?

Mais Cassandra a un agenda secret. Elle n’est pas venue à Oxford seulement pour étudier. Elle veut y trouver la trace du passage de sa mère dans les années 1990 et comprendre pourquoi, enceinte, elle a fui cet univers d’un autre temps. Mais il y a plus : sa mère s’est suicidée quelques années après son retour aux États-Unis. Enfin, Cassie veut découvrir qui est son père.

Elle lie connaissance avec un flic de la ville, Charlie. Grâce à lui, elle apprend ce qu’est        « l’École de la nuit » Cette société secrète fondée au XVIe siècle semble liée à une série de suicides.

Cassandra Blackwell est-elle prête à apprendre ce qu’elle cherche à savoir sur sa mère ?

______________________________________________________________

La Malédiction d’Oxford

Ann A. McDonald

Éditions Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2016, 367 pages

______________________________________________________________

L’autre reflet

refletMichaël Walec enseigne le français aux détenues de l’Établissement Joliette pour femmes. Mais il a un rêve secret : devenir écrivain, publier un roman noir, mais pas un roman ordinaire, un vrai bon roman noir.

Aussi, depuis trois ans, le soir, il travaille sur son manuscrit. Quand il visite les salons du livre, il se dit qu’un jour il fera partie de la grande famille des écrivains.

Depuis quelque temps, il s’acharne à réécrire les scènes pivots de l’intrigue. Mais il sent, il sait que, malgré son talent littéraire, il n’arrive pas à insuffler ce petit quelque chose qui ferait de son manuscrit, un vrai bon, même un excellent roman noir.

Un jour, il le découvre, ce presque-rien qui ferait la différence, dans une nouvelle d’une de ses étudiantes, Wanda Moreau. Celle-ci raconte, dans un mauvais français, l’assassinat pour lequel elle a été condamnée.

Une étrange relation se noue entre la détenue et l’aspirant écrivain. Wanda est avide de conseils littéraires et compte sur son professeur pour la guider. Quant à ce dernier, il est littéralement fasciné par cette femme qui a connu la vraie noirceur.

Et, grâce à elle, Michaël réussit à donner èa son œuvre l’élan qui lui manquait. Il n’en dit rien à Wanda Walec. Appelle-t-on ses muses pour les avertir qu’elles nous ont inspiré ?

______________________________________________________________

L’autre reflet

Patrick Senécal

Éditions Alire, Lévis, 2016, 433 pages

______________________________________________________________

Not dead yet

collinsC’est une star mondiale. Batteur, chanteur et compositeur, Phil Collins est une légende vivante. C’est l’un des trois plus gros vendeurs de disques au monde, avec des tubes comme In the Air Tonight, Another Day in Paradise ou Can’t Stop Loving you.

Phil Collins a réalisé le double exploit de vendre plus de 100 millions d’albums en groupe avec Genesis, puis en solo. Il a rejoint ainsi dans la légende Michael Jackson (Jackson 5) et Paul McCartney (The Beatles). You’ll be in my heart du film Tarzan lui a valu l’Oscar de la meilleure chanson originale.

Dans cette autobiographie, Phil Collins avertit le lecteur qu’il lira sa vie telle que lui la voit. Il est conscient, écrit-il, que d’autres en ont gardé des souvenirs différents.

Peu importe. Tout commence en 1970, au studio d’Abbey Road. Là se déroule une session d’enregistrement pour le premier album solo de George Harrison. Phil Collins est aux commandes des percussions. Dans les années 1960, il s’est formé dans les bars et clubs de Londres. À 19 ans, il est décidé à être musicien, peu importe le prix à payer.

Il sera le batteur de Genesis avant de remplacer Peter Gabriel au chant et de composer les plus grands tubes du groupe. Sous son règne, Genesis connaît un triomphe planétaire.

Mais Collins ne se contente pas de parler de son groupe ni de sa carrière colo. Il ne cache pas son admiration pour Eric Clapton ni pour Sting. Il revient sur l’effervescence musicale londonienne avec la naissance de Led Zeppelin, des Who ou des Beatles.

Mais il y a un prix à payer pour toute cette gloire. Sa vie familiale a été une catastrophe : il s’est marié trois fois et a divorcé trois fois.  Il a fait une dépression et l’alcoolisme l’a entraîné aux portes de l’enfer.

Une seule chose l’a sauvé : son amour pour ses cinq enfants.

Les fans auront le plaisir non seulement de lire ses souvenirs, mais aussi de voir sa vie et sa carrière illustrées en quelque 53 photos

______________________________________________________________

Not dead yet

Phil Collins

Traduit de l’anglais par Philippe Mothe

Éditions Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 2016, 431 pages

______________________________________________________________

RRarts.ca incite ses lecteurs et lectrices à se procurer leurs livres dans une librairie indépendante parce qu’un libraire saura vous conseiller, élargir vos horizons et vous amener à faire des découvertes. Évidemment, les vendeurs des grandes surfaces ne font pas ça.

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire