Canadien Pacifique – l’Empire du voyage

Photo : François Hogue ®

Photo : François Hogue ®

Voici un album grand format qui enchantera tout amateur de voyage, de grands hôtels et d’histoire.

De 1885 à 1939, le Canadien Pacifique a étendu son empire sur le monde grâce à son chemin de fer transcontinental, de remarquables hôtels et des paquebots de luxe, qui sillonnaient aussi bien l’Atlantique que le Pacifique.

Que ce soit pour aller en Europe ou en Orient, ou pour venir au Canada, le choix de cette compagnie s’imposait.

Un conteur

Barry Lane raconte. Il raconte la construction du chemin de fer transcontinental depuis 1881, date à laquelle Ottawa confia les travaux de finition de la voie ferrée au Canadien Pacifique, jusqu’à son inauguration en 1885. En quatre ans, 3200 kilomètres rail avait été posés de Montréal jusqu’à l’océan Pacifique. Aussitôt, la direction de la compagnie entreprit de construire des flottes de navires à vapeur sur les deux océans qui bordent le Canada. L’auteur raconte les péripéties entourant la construction et l’exploitation des différents Empress, des paquebots de luxe, et des autres.

CPL’album raconte aussi l’immigration vers l’Ouest canadien, les efforts faits par la compagnie pour recruter de nouveaux Canadiens qui iraient exploiter les terres vierges du Manitoba à la Colombie-Britannique. Il raconte aussi l’émergence de l’industrie hôtelière moderne pour loger tous ces voyageurs avides d’aventures, le développement du tourisme de montagne, la concurrence du Canadien National dans les années 20, l’arrivée des voitures de train panoramiques, la construction de bungalows pour répondre à la demande d’hébergement moins coûteux, l’engouement pour le charme de l’Orient attesté par la domination des curiosités de l’Extrême-Orient dans la liste des plus beaux endroits, lors d’un sondage réalisé à la fin de la croisière autour du monde de 1931-32.

Barry Lane n’oublie pas non plus les visites marquantes, princières ou royales, chapitre qui séduira le mordu d’aristocratie. : le fils du roi George V et de la reine Mary, Edward, le roi George VI et la reine Elizabeth, la reine Elizabeth II et le prince Philip, sir Winston Churchill.

Cet album témoigne de l’histoire d’un pays ayant eu la volonté de faire le lien d’un océan à l’autre.

Une iconographie hors du commun

L’histoire que raconte l’auteur est illustrée par une iconographie non seulement extrêmement riche mais aussi soutenu du début à la fin de l’album. Elle nous fait « participer » aussi bien à la construction du chemin de fer qu’à la création des flottes, au charme des périples en train qu’au séjour dans des hôtels de luxe.

D’entrée de jeu, Barry Lane nous impose son album la double page d’une photo : un train traverse une rivière sur un pont de bois. Cette photo qui fait partie de la collection de l’auteur, malheureusement, n’est pas identifiée. Peu importe, elle fascine, elle ouvre dans le regard des perspectives ignorées jusqu’ici par le lecteur que je suis. Des doubles pages qui plongent au cœur de l’aventure du Canadien Pacifique, il y en a une vingtaine dans cet album, sans compter les photos pleine page qui se comptent aussi par dizaines, dont des affiches d’époque. Pas une page qui n’ait sa ou ses photos. Certaines sont mémorables parce qu’elles soulignent un moment mémorable, d’autres par la grandeur du paysage ou de l’édifice montré en couleurs. Non seulement des photos, mais des affiches, des cartes, des illustrations.

Des hôtels que j’aime

Il se trouve que j’ai séjourné dans quatre hôtels de la chaîne du Canadien Pacifique : le Château Frontenac, le Château Laurier, à Ottawa, le Fairmont Empress Hotel, à Victoria et le Banff Springs Hotel, sans compter le Château de Lake Louise que j’ai vu. Revoir ces palaces en couleurs sur papier glacé m’a apporté un grand plaisir.

Barry Lane, dans son avant-propos, ne cache pas l’ambition qui l’a animé tout au long de son projet : réunir tous les pans de l’aventure de la compagnie du Canadien Pacifique dans un même livre destiné au grand public. Tirons-lui notre chapeau pour le résultat de son travail, est à la hauteur de son ambition.

Ce contenu a été publié dans Littérature pour adultes, Voyage. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *