« Intouchables » : touchant!

Un texte de Minou Petrowski

Intouchables est un film français réalisé par Olivier Nakache et Eric Toledano, dont le sujet est inspiré d’une histoire vraie.

À la suite d’un accident de parapente, Philippe, un riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune noir de banlieue tout juste sorti de prison. Bref, la personne la moins adaptée pour la job.

Ensemble, dans un décor luxueux, ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wing and Fire. Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation de complicité unique qui fera des étincelles et qui les rendra pour notre plus grand bonheur intouchables.

 Sujet casse-gueule

C’était un sujet casse-gueule, mais, grâce à leur intelligence et à leur sensibilité, les réalisateurs ont réussi leur pari : la film a fait 19 271 778 millions d’entrées en un an, en France.

C’est surtout grâce au choix des acteurs, François Cluzet et Omar Sy.  Même s’ils sont complètement opposés par leur physique, ce sont des âmes sœurs. Ils sont parfaitement compatibles.

Philippe est riche, Driss ne l’est pas, cela n’empêche pas ce dernier de sauter dans des draps de soie ou de se plonger dans une baignoire avec un plaisir que l’on partage parce que, entre Philippe et lui, il n’y a pas de différence pour ceux qui aiment l’aventure de la vie. Une fois qu’on a bousculé les préjugés, les bons sentiments, tout est possible.

Chacun apprend de l’autre ce qu’il ne connaît pas et, pour nous, c’est la revanche sur la médiocrité du quotidien. C’est aussi un film d’une grande beauté. Driss est grand, élégant, c’est un Prince, tout comme Philippe, l’aristocrate qui sort tranquillement de sa torpeur et de son immobilisme.

Tous les deux vivent un rêve parce qu’ils ont fait sauter les cadenas de sécurité qui rétrécissent nos désirs. On s’habitue vite au confort, mais Driss et Philippe ont besoin l’un de l’autre pour agrandir leur terrain de jeux d’apprentissage de l’amour, de l’amitié et surtout de la simplicité.

Anne Le Ny, François Cluzet et Omar Sy

Je les comprends, je les aime. François, il est comme ça dans la vie et Omar est un acteur sublime comme dirait Bertrand Tavernier, il ne joue pas, il vit. Je serais très à l’aise entre eux deux. N’oublions pas les seconds rôles joués par Anne Le Ny et Audrey Fleurot.

Je vous laisse déguster avec les yeux et le cœur ce formidable film qui nous fait oublier, le temps d’une séance, cette époque barbare!

 

Ce contenu a été publié dans Cinéma, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>